Desire Island V2

Vivez sur une île paradisiaque ou se faire plaisir n'est plus un pêché...Version2 de Desire Island [Hentai-Yaoi-Yuri]
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Peut-être le début d'un bouquin qui sait

Aller en bas 
AuteurMessage
Lily Ann AMORI
~¤ Médecin Légiste ¤~
~¤ Médecin Légiste ¤~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 105
Age : 33
Date d'inscription : 02/06/2008

Personnage
Situation: Célibataire
Votre sexualité: Hétéro
Amis, connaissance,...:

MessageSujet: Peut-être le début d'un bouquin qui sait   Dim 8 Juin - 23:54

[j'ai besoin de vos critiques pour savoir si ce que j'ai écrit vaut quelque chose, c'est le début d'un roman sans nom lol]

Mo…de…na ! Mo…de…na ! Mo…de…na ! Mo…de…na !

« Pour nous cela ne voulait rien dire mais pour elle c’était le début de TOUT. Mais de quoi ? De l’apparition de ce murmure étrange qui allait et venait dans sa tête comme un parasite incontrôlable. De cette voix irréaliste qui était omniprésente en elle, et qui, selon l’intensité semblait apparaître et disparaître en prononçant un simple et unique mot : Modena. »

Modena Pencorff-Breakmann est une jeune adolescente de 16 ans tout ce qu’il y a de plus ordinaire si on considère que l’adolescence est une phase ordinaire de la vie. Brune aux yeux bleus ciel dont le contour si finement dessiné laisse apparaître un regard envoûtant, de taille moyenne aux environs d’un mètre soixante huit et de corpulence normale pour une jeune femme en plein changement hormonale. Son style vestimentaire était rebelle ou faisait mine de l’être, jeans déchirés au niveau des fesses et du genou droit et débardeurs multicolores et dépareillés superposés volontairement pour se donner un style branché. Son maquillage était en général un peu trop sombre et prononcé la vieillissant de plus de trois an et masquant inévitablement le charme de son regard si naturellement angélique. Sa coupe de cheveux pouvait être variée mais la plupart du temps un simple élastique autour du poignet paraissait être la meilleure des solutions et surtout la plus rapide pour des mèches aussi rebelles que le caractère d’une adolescente en pleine effervescence et sur le point de sombrer dans la folie.

Issue d’une famille plutôt moderne et habitant dans un pavillon des beaux quartiers de New York, Modena n’a pas toujours été aussi distante avec ses parents. Joshua et Lydia Pencorff-Breakmann s’étaient rencontrés lors d’une fête de charité donné par l’église du quartier de Carlow (Irlande du Nord) au profit des enfants démunies à l’âge de 17 et 18 ans, d’abord ami ils se voyaient régulièrement et s’entraidaient parfois pour leur devoir. Devenu amant au bout de deux ans, ils avaient très vite décidé d’avoir un enfant. Malheureusement Lydia eut quelques petits problèmes de santé et fit une fausse couche. Ils essayèrent une nouvelle fois puis une troisième fois mais en vain, Lydia sombra alors dans la dépression et très vite Joshua du faire face à cette crise. Pour l’aider à surmonter son mal, il décida qu’il était préférable pour tout le monde qu’ils déménagent le plus loin possible de Carlow. Et le plus loin possible fut New York aux Etats-Unis. Modena arriva dans la famille Pencorff-Breakmann un matin de septembre 2015, si belle et fragile, elle était un bébé adorable et calme. Lydia pu se remettre de sa dépression lentement grâce à la présence de cet enfant dans sa vie. Le couple se remit à s’épanouir à nouveau et à croire en un espoir certain. Modena grandit et passa de la maternelle à l’école primaire avec des facilités et des capacités qui lui assureraient un bon avenir, c’était une petite fille qui avait toujours le sourire bien qu’elle ne paraissait pas aussi heureuse qu’elle voulait bien le faire croire.

Modena ne parlait jamais de ses sentiments ou ressentiment, c’était une enfant très introvertie qui avait du mal à se confier mais plus les années passaient et plus elle ressentait comme un vide au plus profonds d’elle. Si quelqu’un lui avait demandé d’où provenait se vide, Modena aurait été incapable de l’expliquer car elle ne savait même pas pourquoi il était présent en elle, elle était dans une famille aimante, entouré par des gens formidables et elle avait deux meilleurs amis incroyable, Yron Magwood et Maïtis Stealgrey. Même à ces amis, la jeune fille n’avait jamais fait allusion de ce qu’elle ressentait. Il lui semblait que c’était autre chose, elle ne pouvait l’expliquer mais on aurait dit qu’un morceau de son cœur était vide, avide de tout sentiment et de toute sensation. Modena se renfermait de plus en plus sur elle-même à cause de ce mal-être qu’elle ressentait bien trop souvent, elle avait peur d’en parler à son entourage car elle ne voulait que ses parents ou à ses amis pensent qu’elle n’est pas heureuse, pour rien au monde elle n’aurait voulu les inquiéter. Pour libérer un peu son esprit de toute cette tension, Modena se mit à écrire, elle acheta un petit cahier à la librairie située au bout de la rue et se mit à transcrire tous ce qui la troublait sur papier.

Pour ne pas que ça mère n’ai envie de regarder dans son cahier ou plutôt journal intime comme elle l’appelait, elle fit une belle couverture au feutre avec inscrit en lettre majuscule « MATHS ». Modena était persuadé que ça mère n’irait pas ouvrir son cahier de mathématique appart pour signer les réflexions désobligeantes que son professeur écrivait dessus du à ses notes catastrophique dans sa matière. Chaque jour après l’école, la jeune fille s’allongeait à plat ventre sur son lit pour écrire un nouveau chapitre de son journal. Elle commençait par dire de quoi ça journée avait été composé ; ce qu’elle avait fait avec ses amis ; les cours qu’elle avait eut et avec qu’elle professeur ; l’ambiance qu’il y avait eut dans la classe, dans la cours ou encore au réfectoire ; les disputes qui avaient éclatés ; les amourettes brisées ou recomposées … mais ce soir là en plus de tout ce qu’elle avait déjà noté, Modena se décida enfin à parler de ce cette douleur qu’elle ressentait dans la poitrine caractérisée par un vide ou une absence de quelque chose. Elle expliqua alors ce qui s’était passé dans sa tête lorsqu’elle entendit pour la première fois ce murmure entrer et sortir en un fragment de seconde.

« Aujourd’hui s’était super, avec Yron et Maïtis ont a passé notre récré à parler de la nouvelle. Elle a l’air vraiment cruche et tellement paumé que ça en devient trop drôle !! En cours de gym, le prof m’a demandé de faire trois tours de stades mais au bout du deuxième j’étais tellement essoufflée que je lui ai dit que j’en avais fait trois, il m’a cru ce naze. Au réfectoire, Yron a faillit vomir en faisant l’imbécile comme d’habitude mais Maïtis n’a pas rigolé, je ne sais pas ce qu’elle avait aujourd’hui mais l’impression que ses histoires avec Tim ne se sont pas arrangés… Encore une journée marrante comme je les aime et je me demande ce qui va se passer demain qui sera aussi drôle voire plus amusant encore.

Pourtant, pourtant ….. Pourquoi je ressens ça ? C’est si bizarre. Ma poitrine me fait mal et je ne sais pas pourquoi, mon cœur est-il vide ? C’est peut-être pour ça que je n’arrive pas à aimer les garçons. Pourquoi est-ce que j’ai l’impression d’être différente des autres et même d’Yron et de Maïtis ? Toutes ces questions sans réponse, trop de questions… »


A peine eut-elle le temps de terminer sa phrase que Modena sentit ses paupières devenir lourdes et hors de contrôle, elle se sentit partir doucement et s’écrouler sur son lit tandis que la mine de son stylo continua sa course sur son dessus de lit crayonnant la page d’une main lourde. A nouveau, ce murmure se fit ressentir :

Mo…de…na ! Mo…de…na ! Mo…de…na !

Plus léger et plus doux que les autres fois mais toujours le même message, était-ce sa conscience qui tentait d’entrer en contact avec elle ? C’était purement impossible et ce n’était pas ça. La jeune fille était toujours inconsciente comme si elle avait sombré dans un léger coma, la voix continua de raisonner dans sa tête comme une bille de flippeur qui s’amusait à cogner les moindres recoins de sa tête. Lorsque le son disparut mystérieusement suite aux appels de sa mère qui l’appelait pour venir à table, Modena revint enfin à elle avec un mal de tête dont l’intensité ne s’était encore jamais fait ressentir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niawen Yami
~¤ Directrice du WD et professeur de danses ¤~
~¤ Directrice  du WD et professeur de danses ¤~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1056
Age : 29
Santé : On a déjà fait beaucoup mieu
Humeur : Mélancolique
Secret : Je l'aime et il me manque...
Loisirs/hobbies : M'occuper de mes enfants qui sont la seules choses qui me restent a présent
Date d'inscription : 27/09/2007

Personnage
Situation: Divorcé(e)
Votre sexualité: Bi
Amis, connaissance,...:

MessageSujet: Re: Peut-être le début d'un bouquin qui sait   Lun 9 Juin - 2:50

Pas mal pas mal ^^ J'aime bien, c'est agréable a lire et je dois dire...c'est assez accrochant pour qu'on ai envie de lire la suite :101:

_________________
[center]
Nini x Fuma
Spoiler:
 


Nini x Fuma Family
Spoiler:
 


[b]Un père Exemplaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://desire-island2.1fr1.net
Maxi Tatsumiya
~¤ Universitaire ¤~
~¤ Universitaire ¤~
avatar

Masculin
Nombre de messages : 236
Age : 30
Santé : En forme.
Humeur : ...De glace...
Secret : Je suis... Un homme !
Loisirs/hobbies : Membre de l'équipe de football de Desire-Island (malheureusement).
Date d'inscription : 11/02/2008

Personnage
Situation: Célibataire
Votre sexualité: Hétéro
Amis, connaissance,...:

MessageSujet: Re: Peut-être le début d'un bouquin qui sait   Lun 9 Juin - 4:32

Ecrivant moi même parfois des one-shot, j'écris donc beaucoup. Je dois dire que ce que j'ai lu pour le moment, accroche pas mal. En tout cas, ça conne envie de continuer à la lire.

Continue comme ça. ^^

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Ann AMORI
~¤ Médecin Légiste ¤~
~¤ Médecin Légiste ¤~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 105
Age : 33
Date d'inscription : 02/06/2008

Personnage
Situation: Célibataire
Votre sexualité: Hétéro
Amis, connaissance,...:

MessageSujet: Re: Peut-être le début d'un bouquin qui sait   Lun 9 Juin - 12:02

Merci beaucoup, je dois dire que c'est plus difficile que de RP car on est tout seul pour écrire toute l'histoire. Je vais essayer de continuer et de faire quelque chose de bien, je vous mettrais la suite quand j'aurai continué ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Ann AMORI
~¤ Médecin Légiste ¤~
~¤ Médecin Légiste ¤~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 105
Age : 33
Date d'inscription : 02/06/2008

Personnage
Situation: Célibataire
Votre sexualité: Hétéro
Amis, connaissance,...:

MessageSujet: Re: Peut-être le début d'un bouquin qui sait   Mar 10 Juin - 16:20

[ Voilà la suite j'espère que ça continuera à vous plaire]

La jeune fille ne se rappelait de rien appart qu’elle avait dormi, elle ne se rappelait pas avoir fait de rêve ou même avoir songé à quelque chose en particulier. Elle s’asseya sur son lit alors que sa mère continuait de l’appeler pour lui donner l’ordre de descendre, elle regarda son cahier et se demandait comment avait-il été possible qu’elle se soit endormit aussi rapidement. Modena ferma son cahier puis se leva pour aller le ranger dans un petit coffre prévu à cet effet, situé au fond de son armoire. La douleur ne faisait qu’empirer, elle avait l’impression que quelqu’un s’amusait à la torturer en lui martelant la tête de plus en plus fort. La jeune fille essaya tant bien que mal de descendre les escaliers pour regagner la salle à manger mais elle s’écroula sur la dernière marche créant un fracas qui interpela Lydia. Modena était à moitié inconsciente, sa mère la prit dans ses bras, l’emmena sur le canapé puis tout en lui parlant fit signe à Joshua d’aller chercher de l’eau froide.

- Modena ! Modena ! est-ce que tu m’entends ? Que se passe-t-il tu semblais en pleine forme …

Modena se sentait repartir à nouveau comme tout à l’heure comme si une force l’aspirait hors de la réalité pour rejoindre le seul endroit où elle avait pu se sentir bien quelques minutes. Elle était de nouveau plongé dans ce mini coma inexplicable, comme si ces fonctions vitales c’étaient mises à hiberner. Joshua arriva dans le salon avec un gant de toilette glacé qu’il lui plaça sur le front en espérant que ça l’aiderait à revenir. Lidya était au téléphone, complètement affolée, tentant désespérément de joindre un médecin, inquiète de ne pas comprendre pourquoi ça fille venait de s’évanouir depuis au moins dix minutes sans aucun signe de réveil ou d’activité cérébrale. Alors que tout le monde était en effervescence autour d’elle, Modena s’était évadée vers un autre monde, un endroit où elle avait l’impression d’être libre et de ne plus ressentir cette étrange sensation de vide. Elle entendait encore et toujours cette voix dont elle ne connaissait ni la provenance ni le but de son apparition. Modena était partie à la recherche de l’origine de ce mal qui était en train de la ronger petit à petit et surtout de la détruire mais comment pouvait-elle avancer alors qu’elle ne se rappelait de rien à son réveil. La jeune fille devait savoir, elle voulait comprendre ce que représentait ce son, cette voix ou ce murmure et pourquoi il avait apparut tout à coup dans sa tête. Bizarrement elle se sentit quitter ce monde irréel, sans même le vouloir ou le contrôler elle était en train de se réveiller, ses fonctions vitales s’étaient remises à fonctionner normalement et au contact de sa mère lui priant de se réveiller, Modena ouvrit les yeux lentement.

- Ma chérie, est-ce ça va ? comment tu te sens, dis moi quelque chose.
- Ne … ne t’inquiète pas. Je vais bien !
- Ne pas m’inquiéter ? mais comment veux-tu que je ne m’inquiète pas, tu as été inconsciente pendant presque une demie heure. J’ai appelé le docteur Hiptrust, il va arriver d’une minute à l’autre. Surtout ne bouge pas ma chérie tu dois être encore très faible.
- D’accord ! répondit Modena totalement affaiblit par ce qui venait de lui arriver.

Lydia et Joshua se regardèrent complètement désemparés et tétanisés à l’idée que quelque chose de grave soit en train d’arriver à leur fille. La sonnette de la porte d’entrée se fit entendre, le médecin était enfin arrivé, il avait fait le plus vite possible mais son cabinet se trouvait à quelques kilomètres après la route nationale, difficile de faire vite même pour une urgence lorsqu’on est coincé dans les embouteillages. Lydia alla ouvrir au Docteur qui s’empressa de l’emmener au salon, elle lui expliqua brièvement ce qu’il venait de se produire avec Modena et combien de temps ça avait duré. Le médecin vit en effet que la jeune fille semblait anormalement affaiblie et la première chose que le Docteur Hiptrust demanda aux parents de Modena concernait la nourriture, il voulait savoir si la jeune fille ne souffrait pas d’anorexie. Joshua ne comprit pas sur le coup pourquoi le médecin lui posait une telle question, il savait pertinemment que sa fille ne manquait de rien et mangeait normalement. Lydia tenta alors de raisonner son mari en lui expliquant que le médecin essayait juste de faire son travail et pour cela il devait leur poser des questions sur leur fille et même si c’était des questions embarrassantes. Joshua préféra quitter la pièce ne supportant pas de voir Modena dans un tel état et surtout de voir un médecin lui demander si ça fille n’était pas mal traité.

- Docteur, veuillez excuser mon mari. Il est un peu secoué après ce qu’il vient de se passer, soyez sûr qu’il se tiendra tranquille à l’avenir.
- Ne vous inquiétez pas madame, j’ai l’habitude de ce genre de réaction et je ne lui en tiens pas rigueur. Dites moi, il y a-t-il eut un changement récent dans la vie de votre fille qui aurait pu l’affecter tout particulièrement.
- Et bien non, je … je ne pense pas. Vous savez Modena est une enfant qui ne se confie pas beaucoup alors c’est assez difficile de vous dire avec certitude qu’il ne sait rien passé d’anormale.
- Bien ! Ecouter je vais vous demander de nous laisser seul s’il vous plait, je vais ausculter votre fille et lui poser quelques questions pour pouvoir prononcer un diagnostique.
- Heu … comment ça, je ne peux pas rester auprès d’elle ?
- Il est préférable que nous soyons seul, s’il s’avère qu’il s’est réellement passé quelque chose de traumatisant récemment dans sa vie elle n’arrivera pas à se confier si vous êtes présente dans la pièce.
- D’accord, j’attendrais dehors…

Après avoir tenté de rassurer les parents du mieux qu’il pouvait, le médecin prit place en face de Modena. Il savait qu’elle était certainement épuisée mais il fallait quand même qu’il la réveille pour pouvoir lui parler. A peine eut-il le temps de poser sa main sur le front de la jeune fille pour voir si elle n’était pas fiévreuse que cette dernière ouvrit les yeux, le médecin essaya de la rassurer en lui expliquant qu’il fallait qu’il l’a regarde pour voir si tout allait bien. Le Docteur Hiptrust demanda à Modena d’ouvrir la bouche et de tirer la langue pour qu’il puisse ausculter ça gorge, il regarda ensuite ses oreilles puis la pupille de ses yeux, il prit son stéthoscope pour voir s’il n’y avait rien qui obstruait les voix respiratoires puis s’attarda sur les éventuels ecchymoses qu’elle aurait pu se faire pendant la chute. Heureusement pour elle, sa chute ne s’était pas faite du haut de l’escalier mais elle avait quand même deux lésions bleuâtres qui apparaissaient, une sous l’aisselle droit du au fait qu’elle ait certainement voulu se retenir à la rambarde et une autre au genou droit. En somme, rien de bien méchant mais à surveiller quand même en cas d’évolution. Ce qui inquiétait plus le médecin après consultation était de savoir ce qui avait causé cet évanouissement si brutal, il prit alors un morceau de papier sur lequel il écrivit un nom et un numéro de téléphone puis il le donna à Modena pour que ses parents puissent le contacter.

- Voici les coordonnées du Docteur Greenbay, spécialiste en neurologie. Il faudrait que tu ailles le voir, lui seul pourra en savoir plus sur ce que tu as et c’est lui qui te dira si tu dois passer d’autres examens plus approfondie.
- Il va pouvoir m’aider alors, vous êtes sûr qu’on peut m’aider ?
- Pourquoi dis-tu ça ? il y a quelque chose en particulier dont tu aimerais me parler, ne t’inquiète pas nous sommes seul, tout ce que tu diras restera entre nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Peut-être le début d'un bouquin qui sait   

Revenir en haut Aller en bas
 
Peut-être le début d'un bouquin qui sait
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Desire Island V2 :: Zone flood et blabla-
Sauter vers: